Ma vie c’est toi

Image

Sans toi je ne vis pas. Ma vie elle se résume à toi. A ton bonheur qui fait le mien, à tes sourires, à ton rire. A ton odeur, à ton souffle sur ma peau, à ta folie. A regarder le ciel quand tu n’es pas là en espérant que tu le fasses aussi, parce qu’en regardant la même chose c’est un peu comme si tu étais à côté de moi. A attendre que tu revienne, à me souvenir, à espérer, prier. A te sauter au cou quand tu arrives, te couvrir de bisou, le feu caché sous les joues. A te contempler, à t’embêter, à te regarder dormir. A t’aimer.

Je t’aime.

©

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Force, douceur et beauté


Pour certains cette photo ne représente qu’une femme nue portant des gants de boxe. Pour quelques personnes cette nudité pourrait même être choquante. Mais pour moi cette image représente beaucoup plus que cela. 

ImagePrenons seulement la femme en elle même pour commencer. Il n’y a rien de plus beau au monde qu’une femme nue, surtout si elle est enceinte. C’est mon avis en tout cas. Et pour moi une partie de la beauté de l’image vient de là. Mais ce n’est pas tout. Même si cela peu paraître ironique, pour moi la femme représente mieux l’Homme que l’homme. En générale l’homme est associé à la virilité, à la force, et pas aux sentiments ni à la douceur, même si il est vrai qu’en réalité il sait en faire preuve, quand il en a le courage du moins. Mais la femme, elle symbolise parfaitement bien la douceur et la force en même temps. Elle a sa force de femme, sa force de mère. Sa douceur d’amante, sa douceur de maman. Et elle est belle, sensuelle. Son corps le montre lui même.

Sa position maintenant. Elle est de dos certes, mais fuit elle pour autant ? Comme dit au dessus, une femme est forte. Et sur cette photo elle ne cours pas et se tient bien droite, prête à faire front. On ne voit pas son visage mais sa posture ne montre-t-elle pas à elle seule qu’elle est déterminée ?

Elle ne porte rien d’autres que des gants de boxe, pas même le moindre sous vêtement ni rien d’autres pour cacher ce qui en gênerait d’autres. Ces gants symbolisent là encore la force, le combat. Elle est prête à se battre pour ce qui en vaut la peine et assume son combat par sa nudité. Et c’est aussi par sa nudité qu’elle montre qu’elle n’a rien à cachée.

Voilà pourquoi j’aime cette photo. Elle représente autant la beauté que la force et la douceur. Elle représente la meilleur partie de l’Homme. Et nous savons que celui-ci est pourtant bourré de défauts.

©

[En réponse à une question ask]

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Soumission

Soumission
(17/04/14)

Il faut que tu partes tu sais. C’est plus possible entre nous.Tu me réconforte quand ça va pas, c’est vrai. Mais t’es aussi là juste avant que ça n’aille plus, pour ruiner le dernier moment où ça allait encore. C’est pour ça que je veux en finir entre nous, parce que tu me fais croire que tu m’aides sur le moment, mais j’ouvre les yeux quand je me vois dans la glace. Je vois bien que c’est à cause de toi, sale catin. Oui toi, pauvre putain. Que tout mon corps et surtout mon ventre se déforme. C’est quand même pas pour rien que je pleur presque à chaque fois que tu viens. Après je m’en veux de t’avoir fait confiance alors je me punie, je ne touche plus à rien. J’espère qu’en me punissant je te punis toi aussi et que ça va réparer ce que tu m’as fais faire. Mais c’est pas vrai, c’est pas suffisant. Alors pars, s’il te plaît pars, quitte moi, je t’en supplie. Moi j’ai pas assez de force de lutter et tu le sais. Mais pars, pars j’te dis ! Non, s’il te plaît ! Pas encore, ne me soumet pas encore une fois… Je n’y arrive pas, tu trouves toujours les mots, tu sais toujours comment me faire craquer. Sale pétasse de Boulimie.

©

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Poussière d’étoile

Poussière d’étoile
(04/04/14)
 
Il y a bien des années je brillais de mille feux
J’éclairai votre ciel pour que votre frayeur s’en aille
Aujourd’hui je ne suis plus qu’un grain de poussière, une poussière d’étoile
Je me meurs dans ma nébuleuse en attendant un miracle
 
Donnez moi la vie, vous apeurés du noir
Donnez moi la vie, que je vous réconforte le soir
 
L’univers est silencieux, il ne pleur pas ses morts
Puisque nous sommes ses souvenirs, sa mémoire s’éteint
Dans le silence du vide, là où les âmes se déchirent
Ce n’est que néant si il n’y a pas de lumière
 
Donnez moi la vie, vous apeurés du noir
Donnez moi la vie, que je vous réconforte le soir
Rallumer ma lumière, que l’espoir renaisse
Rallumer ma lumière, pour que les âmes s’aiment.

©

Image

En passant | Publié le par | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Exauce ma prière

 

ImageExauce ma prière
(31/12/13)
 
C’est par ce que mon monde a déjà cessé d’être rond
Qu’à l’ombre du canon flanqué sur mon front
Je n’ai qu’une seule attente
Que l’on appuie sur la détente
Je suis prête à avoir froid si dans la mort c’est ainsi
Car le gèle est toujours mieux que le vide d’une âme rassie
Alors tire, tire je t’en supplie
Réalise ce pourquoi je prie

©

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Mon coeur, ce grand no man’s land

Mon coeur, ce grand no man’s landImage
(18/11/13)
 
 
Pauvre terre noire désolée
De cadavres et de débris jonchée
De trous parsemées
Et d’eau et de sang allaité
 
Les obus tombent meurtrissant
Ce bout de chair pourrissant
Je t’avais dis pourtant
De ne pas y aller, pauvre inconscient
 
Coup de sifflet
Petit homme désarmé
Tu dois atteindre l’autre côté
Cours, ne te fais pas tuer
 
Tu es tombé à genoux
Au fond de ce grand trous
Lève-toi, allé, debout !
Et bats toi jusqu’au bout
 
Tu as réussi, tu es arrivés
Devant cette haie de barbelés
Tu la franchie, résigné
Mais blessé, balle dans le pied
 
Tu regardes tes fais
Souris au futur coupé
Content d’avoir gagné
Devant mes regards éberlués
 
Au milieu, sur une île
Est né une fleur fragile
Mais à quel prix imbécile ?
Elle mourra de ce monde infertile

©

 

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Hivers éternel

Hivers éternel

(16/11/13)

Mes larmes coulent sur mes joues
Et vont se mourir dans mon cou
Et si ces perles coulent
C’est que mon monde s’écroule
 
Ces souvenirs au goût amer
De notre histoire, éphémère
A jamais effacée, pour toi
A toujours encrée, pour moi
 
Était-ce nécessaire mon amour ?
De me faire t’aimer ce jour
Si c’est pour ensuite
T’en aller, prendre fuite ?
 
J’ai peur de m’évanouir
A trop subir, souffrir
Mais je préférerais mourir
Pour que tu n’ai eu à partir
 
Il ne me reste que cette pierre
Avec ton nom, et toi sous terre
Je n’ai plus ni joie ni envie
Je n’ai plus rien, plus ma vie
 
Et s’achève l’automne annuel
Laissant place à l’hivers éternel
Jamais le printemps ne viendra
Jamais, tu ne reviendras.

©

Image

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires