D’une eau à une autre

Image

Pieds nus dans la neige au milieu des arbres, je n’ai pour seul vêtement qu’une vieille chemise de nuit blanche s’arrêtant au milieu de mes mollets. De la vapeur sort de ma bouche entrouverte pendant que j’observe les alentours. Les arbres de la forêt sont espacés, je me rapproche de la sortie. Je me remet en route, habituée au froid par les longues heures de course et de marche. Le temps défile, une heure peut-être, je ne saurais dire exactement, puis le son de la mer parvient à mes oreilles. Je m’arrête un instant pour prendre une grande bouffée d’air, fermant les yeux et souriant. Un regard en arrière les lèvres toujours étirées : je ne retournerai jamais là-bas, me dis-je. Et je repars, en marchant un peu plus vite, le coeur accéléré par l’ivresse de l’impatience et de la joie, de la liberté. Les arbres s’espacent encore et le son de la mer se fait de plus en plus fort. L’impatience trop grande je me met à courir, les lèvres à nouveau étirées par un large sourire. Puis j’arrive au sommet d’une bute, là où la forêt s’arrête. Et je vois la mer dans sa robe d’un bleu-gris magnifique. Deux mouettes volent en rond pendant que quelques autres se balade sur la plage, le ciel est légèrement nuageux et le vent souffle, soulevant mes cheveux châtains. Je respire l’air salé en sentant sa saveur sur ma langue. 

Je descend la bute pour aller enfoncer mes pieds dans le sable que la neige a épargné. Après un sourire d’amusement je m’avance vers l’eau et la touche du bout des doigts avant de porter ceux-ci à ma bouche. L’eau froide et salée me brûle les lèvres gercées par le vent. J’avance, je veux nager. L’eau monte jusqu’à ma taille puis je plonge. Je refais surface plus loin puis je plonge à nouveau, encore et encore. 

Fatiguée je m’allonge sur le dos et regarde le ciel pendant que la mer me porte. Puis je ferme les yeux, attentive au bruit des vagues agitées par le vent et de celui-ci soufflant sur ma peau. Au cris des mouettes, à la faible lumière du soleil sur mes seins et mes jambes. A la froideur de l’eau et à la brûlure du sel sur mes lèvres.

Et je m’endors, bercée par les vagues de cette mer(e) qui m’a accueilli. Plongeant dans un sommeil profond pour ne plus jamais la quitter.

©

Image

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour D’une eau à une autre

  1. elokreis dit :

    Bonsoir, jeune écrivain. J’ai absolument voulu te laisser ces quelques mots pour te remercier. Oui, parce que tu écris merveilleusement bien, j’ai lu tous tes post et ils sont plus fabuleux les uns que les autres, alors je te remercie, fortement. Et puis, je remercie également la plume que tu détiens, qui es tout simplement magique, la façon dont tu décris chaque paysages.. C’est vraiment divin, j’adore ce genre d’oeuvre. Merci, vraiment. J’espère que ce message bien que sincère t’ai fait décrocher un sourire et te poussera à continuer dans ce domaine, ma foi très dur et pourtant, paressant très simple, pour ta part. Tu as réussi à me faire voyage à travers tes écrits, sache le. Sur ce, après ce bon, gros pâté, je te souhaite une excellente fin de soirée.

    • aydenne dit :

      Merci énormément non pas pour ce gros pâté, mais pour ce magnifique commentaire qui comme tu l’espérais m’a fait sourire et un peu éclairé mon astre.
      Bonne soirée belle météore.

  2. Frelon dit :

    OK, c’est un bon texte, agréable à lire, et le petit e entre parenthèses qui vient changer toute la structure du texte et lui donner un nouveau sens est très efficace. Du potentiel dans tout ça, maintenant comme on dit, bonne continuation !
    Au cas où tu te demandes d’où je sors : tu m’as visité sur sky, je t’ai visitée en retour et j’ai cliqué sur « mes textes », parce que je me suis dit que tu adoptes la même stratégie que moi, à savoir sky comme un brouillon et wordpress comme le véritable journal. C’est pour ça.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s